POST PARTUM – Comment se préparer au mieux pour le retour à la maison ?

On se prépare à l’accouchement, mais si nous savions que celui-ci marque, seulement, le début de quelque chose de renversant.

Le postpartum nous en avions parlé dans un précédent article ici, et nous voulions revenir avec cette fois-ci des "conseils" pour essayer de mieux se préparer au retour à la maison après l'accouchement.

Cette liste n’est pas exhaustive, c’est une invitation, à chacune, pour trouver ce qui est bon pour elle.

Let’s go ! 

 

via GIPHY

 

Communication avec le futur Papa : Hey babe, let’s talk …

Parce qu’il y aura la fatigue, adaptation avec un bébé à la maison et donc peut-être des tensions au sein du couple. La période peut être difficile pour certains couples. S’informer et communiquer autour du postpartum, en discuter avant, pendant le suivi avec votre sage-femme, et au moment du retour à la maison peut beaucoup aider.

La communication est la clé. Exprimer ses émotions même si elles vous paraissent dingues est essentiel et on est sûre que papa veut aussi comprendre ce qui se passe.

 

40 jours dans sa bulle, on essaie ?!

Alors oui 40 jours c’est peut-être un peu beaucoup, mais ça se pratique dans beaucoup de pays (ici)  mais notre société ne nous permet pas forcément de les prendre.

Alors pourquoi pas 1 ou 2 semaines, où vous et Papa prenez le temps d’apprivoiser bébé et de vous apprivoiser en tant que famille, où vous prenez le temps de suivre le rythme de bébé.

 Donc peut-être penser à réduire un peu les visites et les temps de visites (Papa peut se charger du planning de visite).

Assurez-vous d’avoir ce temps en famille pour vous mettre dans une bulle.

femme allaitante

Se laisser le temps, refuser les visites de courtoisie si on est trop fatiguée, déléguer au maximum et sans culpabiliser l’intendance de la maison (c’est parfois compliqué mais dans ma liste de naissance j’ai mis des heures d’aide ou des repas apportés plutôt que de la layette), se dire que c’est normal d’être bouleversée.
Anticiper au maximum en préparant des repas et en congélant pour ne pas avoir à cuisiner… et se préparer mentalement au baby clash car on attend souvent un soutien infaillible du conjoint et c’est souvent une période de tension …
Et enfin se dire que c’est une période et que bientôt tout sera plus simple 😄

Le congélateur sera ton meilleur ami

On n’y pense pas toujours, mais oui le congélateur sera votre meilleur allié.

Préparer des repas à l’avance, pour la première semaine est un gain de temps énorme.

On peut aussi demander à sa maman ou des copines de faire des bons plats que vous auriez juste à réchauffer.

Se constituer une team de folie

Oh oui ! Sœurs, cousines, copines, maman ou belle maman, constituez- vous une team de confiance, des femmes pour vous aider, à qui vous pouvez vous confier sans peur du jugement. Mais qui n’auront pas peur aussi ou prennent mal, le fait que ça ne peut pas aller ou qu’un jour vous ne vouliez voir personne.

Pas besoin d’avoir 10 personnes, 2 suffit.

 femme noire

Me myself and I

Soyez indulgent avec vous-même, écoutez-vous,  prenez le temps de vous découvrir en tant que maman. Faites confiance à votre intuition, vous ferez le mieux que vous pouvez.

Si nécessaire coupez les réseaux sociaux pour éviter de vous comparer ou de voir ce que l’autre à fait, interrogez-vous sur vos propres besoins et non celui des autres. Demander à Papa ou à un membre de votre team de folie de s’occuper de bébé pendant que vous prenez un bain, une douche bien chaude, un moment pour vous entre les tétées ou biberon.

Remettez-vous au centre de tout, c’est important.

..se donner du temps, s’écouter et suivre son instinct, dire quand ça va pas et surtout être bien entourée. C’est une période pendant laquelle il vaut mieux appeler sa sage femme et sa consultante en lactation que sa copine ou sa mère ... chaque maternité est différente et on a pas besoin de conseils dans cette période mais juste de confiance et d’accompagnement 🤝

Ask and it is given : demande de l’aide

Cette période est propice à l’épuisement, à l’hésitation, la peur de mal faire, lorsqu’on est une jeune maman ou que les besoins de bébé sont différents que le précèdent.

Mettez l’ego de côté (plus facile à dire qu’à faire, on sait !) pour demander de l’aide, à des professionnels de santé pour l’allaitement, pour les besoins du bébé, pour votre santé mentale.

Demandez de l’aide n’est pas signe de faiblesse mais de force car vous prenez votre responsabilité pour votre bien-être et donc celui de votre bébé.

Le conseil que j'aurai aimé entendre : ce n'est pas facile et c'est normal donne toi le temps et n'hésite pas à parler et demander de l'aide à tout moment...

 maman et bébé

Chacun de nous vivons son postpartum différemment, comme chaque grossesse se vit différemment (chacun sa route, chacun son chemin … Merci Tonton DAVID), il est important concernant le postpartum d’en discuter en amont, de le préparer comme l’accouchement, de pouvoir donner une place au papa pour vivre ça à deux. Rappelez-vous le postpartum n’est pas insurmontable et il est temporaire, faites-vous confiance.

 

Si vous avez des conseils concernant le postpartum, n’hésitez pas, partager les en commentaires, cela peut aider d’autres femmes … because sharing is caring.

 

Much Love

Sophie et Nina

             

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés